Enfin une belle journée d’été, nous accompagne ce dimanche. Nogaro capitale emblématique de l’automobile nous propose pourtant un circuit en draisine sur l’ancienne voie de chemin de fer, jusqu’à Sorbets. Agréable promenade en pleine nature, difficile de faire plus vert, un moment de bonheur dans le calme de la campagne gersoise. Cela n’empêche pas nos intrépides atariens  de se donner à fond à la découverte de cette nouvelle discipline : le vélorail.

12 kilomètres aller retour avalés en moins de 2 heures soit une époustouflante vitesse moyenne de plusieurs km/h, les passages à niveau hautement sécurisés rassurent nos valeureux aventuriers qui cheveux au vent n’ont d’autre ambition que d’épater Justine notre chef de gare.

Epuisés, les gambettes flageolantes, après la photo souvenir,  l’estomac au fond des talons nos téméraires voyageurs n’ont plus qu’une hâte mettre les pieds sous la table.

Le cholestérol n’étant pas notre souci nous avons opté pour la ferme aux cerfs et aux sangliers une des meilleures table du Gers ou les mots recevoir et gastronomie prennent tout leur sens !

Juste pour vous faire saliver nous vos invitons à notre table; apéro maison pour bien commencer

Assiette crudités, hure de sanglier et pâté de cerfs, Civet de cerfs ou daube de bœuf, pastis gascon (croustade), café et armagnac terminent le repas

Les éloges ne manquent pas, mais est-il raisonnable de prendre le volant maintenant?  Une  visite du parc animalier s’impose à la rencontre de cerfs, sangliers, biches, faons, et daims, mais, peu de curieux juste quelques flâneurs et déjà 15h, nous reprenons la route pour un dépaysement garanti : la palmeraie du Sarthou à Betous.

Les tropiques en plein Gers, que calor ma-mi-ya !  35° à l’ombre + 40° d’Armagnac… !

Les plus faibles accusent quelques fatigues et les autres ne grimpent pas aux cocotiers, ces derniers ne sont là que pour nous donner un peu d’ombre. Pourtant  Marie-Christine sombréro et mégaphone à la main nous commente avec passion la botanique de ce  jardin remarquable.

Bien qu’à chaque détour du sentier apparait une vue nouvelle, palmiers, bananiers, yuccas, agaves, canne à sucre, papyrus, bambous et petits étangs l’attention faibli encore et encore, tant et si bien que notre guide compatissante termine alors la visite en nous offrant rafraichissements et remerciements.

Ainsi s’achève une journée bien remplie, après les quelques congratulations d’usage chacun se précipite dans sa torpédo et toutes vitres ouvertes prend le chemin du retour promettant de se coucher sans même un maigre repas.

Toutes les photos dans le diaporama ci-contre